13.10.2017, 00:01  

Singulière fête nationale, en pleine crise catalane

Abonnés
chargement
Singulière fête nationale, en pleine crise catalane

 12.10.2017, 23:42   Singulière fête nationale, en pleine crise catalane

Par Madrid, MATHIEU DE TAILLAC – Le Figaro

ESPAGNE La fête qui commémore l’arrivée de Christophe Colomb en Amérique en 1492 a pris cette année un tour particulier.

Le drapeau espagnol de 54 mètres carrés descend du ciel attaché au pied d’un parachutiste (photo ci-contre). L’hymne national est accompagné d’une salve de 21 coups de canon. Le roi Felipe VI rend hommage aux héros morts pour la patrie, pendant qu’est interprétée «La muerte no es el final» (La mort n’est pas la fin). La patrouille Águila...

Le drapeau espagnol de 54 mètres carrés descend du ciel attaché au pied d’un parachutiste (photo ci-contre). L’hymne national est accompagné d’une salve de 21 coups de canon. Le roi Felipe VI rend hommage aux héros morts pour la patrie, pendant qu’est interprétée «La muerte no es el final» (La mort n’est pas la fin). La patrouille Águila survole la scène pour peindre le ciel de fumées rouges et jaunes. Les militaires défilent sur le Paseo de la Castellana, le grand axe nord-sud du centre de Madrid. Et la foule enchaîne les vivats. «Viva España!», «Viva el Rey», «Viva el Ejército» (l’armée), «Viva la Guardia civil»!

Du grand classique ce jeudi pour la Fête de l’hispanité, la fête nationale espagnole, qui célèbre l’anniversaire de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb. A quelques détails près. Le public a ajouté un nouveau vivat à sa collection de félicitations: «Viva la Policía nacional».« Pour la première fois depuis trente ans, les agents ont été conviés à marcher eux aussi sur la Castellana.

Fiers d’être espagnols»

Les témoignages d’affection aux policiers ont résonné d’autant plus fort que ces derniers sont vilipendés par une partie des Catalans, après les charges violentes lors du référendum d’autodétermination du 1er octobre.

Hasard ou coïncidence? Le chef de l’état-major, le général Fernando Alejandre, a indiqué que la présence de véhicules et d’agents de la police nationale avait été décidée fin août. Soit un mois avant le controversé scrutin, mais à une époque à laquelle on connaissait la date du référendum. Le slogan de cette année, «Fiers d’être Espagnols», acquiert lui aussi une saveur particulière dans le contexte du bras de fer entre les autorités nationales et les indépendantistes catalans qui tient le pays en haleine.

Intervention de l’armée?

La ministre de la défense, invitée à commenter le défilé sur la télévision publique espagnole TVE, a décrit le rôle de l’armée face au séparatisme. «Les forces armées ont la Mission de défendre l’ordre constitutionnel et l’intégrité territoriale de notre pays et sont prêtes à faire tout le nécessaire sous les ordres du gouvernement», a expliqué Dolores de Cospedal. La ministre s’est ensuite dite «presque tout à fait sûre que (la mobilisation de l’armée en Catalogne) ne sera pas nécessaire» et a rappelé que les militaires prêtent un appui logistique à la police. L’armée a notamment mis à disposition des lits de camp, des douches et des cuisines transportables.

Selon le quotidien «El País», un plan du gouvernement baptisé Cotte de mailles prévoit la possibilité de déployer l’armée pour surveiller des objectifs stratégiques (ports, aéroports, centrales nucléaires…). Les policiers ainsi déchargés de ces missions pourraient concentrer leurs efforts sur les opérations de maintien de l’ordre.

La Fête nationale a cependant été endeuillée hier par le Crash d’un avion Eurofighter près d’Albacete, à 250 kilomètres au sud-est de Madrid, alors qu’il rentrait du défilé militaire. Le pilote et unique occupant de l’appareil n’a pas pu s’éjecter et est mort dans l’accident.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top