19.06.2017, 00:01  

Sion-Katmandou, aller-retour

Abonnés
chargement
Ambiance intimiste  et chaleureuse devant un public réceptif.

 19.06.2017, 00:01   Sion-Katmandou, aller-retour

CAPSUL - Les musiciens du groupe valaisan de jazz manouche vernissaient ce weekend leur nouvel album à la Ferme-Asile. Ambiance.

Il fait chaud dans la petite salle de la Ferme-Asile ce samedi, le public est nombreux, la soirée affiche complet. Des drapeaux de prière donnent une touche colorée à la lumière chaude nappant la scène. Près de 120 personnes écoutent attentivement les musiciens de Capsul qui vernissent ce soir leur nouvel album, Chhoto Mitho, enregistré à Katmandou avec...

Il fait chaud dans la petite salle de la Ferme-Asile ce samedi, le public est nombreux, la soirée affiche complet. Des drapeaux de prière donnent une touche colorée à la lumière chaude nappant la scène. Près de 120 personnes écoutent attentivement les musiciens de Capsul qui vernissent ce soir leur nouvel album, Chhoto Mitho, enregistré à Katmandou avec des musiciens locaux. Le bassiste Rizu Tuladhar et le guitariste Hari Maharjan ont d’ailleurs fait le voyage pour honorer la scène sédunoise de leur talent.

Alice Richtarch et Greg Pittet ont rencontré Hari en 2013, à l’initiative de la femme de l’ambassadeur de Suisse au Népal. Le feeling est direct, leur amour commun pour le jazz manouche transcende les différences culturelles et ce sont de nombreux voyages qui s’annoncent, avec toujours une guitare dans les bagages. En 2016, c’est la préparation de l’album.

Greg compose et Alice écrit les textes, avant d’en envoyer les esquisses à Hari. Ce dernier prépare l’enregistrement de novembre en arrangeant les compositions pour les musiciens népalais et leurs instruments atypiques dans le jazz, tels que tabla ou sarangi. Sa contribution ne s’arrête pas là. «Lors d’un précédent voyage en Suisse, j’ai joué l’une de mes compositions à la guitare. Cela a beaucoup plu et la chanson Bout d’automne se retrouve aujourd’hui sur l’album. Nous avons également écrit ensemble en studio la dernière chanson de l’album, Métissage.»

Différences de cultures

Une fois sur place, les Helvètes ont accès à l’un des meilleurs studios de la capitale, le Nepal Studio. C’est au niveau de l’organisation que les cultures se différencient le plus, les Népalais ne donnant pas la même importance au concept «d’arriver à l’heure» que les très ponctuels Suisses. Pour ne rien arranger, la circulation dans Katmandou est plutôt chaotique comme nous racontent dans un sourire Greg et Alice : «Tu ne sais jamais ce qui peut t’arriver sur le trajet pour le studio, comme rester bloqué une heure à un carrefour pour découvrir enfin que les musiciens étaient repartis! Parfois il fallait même repousser la séance d’enregistrement au lendemain car il manquait des musiciens.»

Jazz manouche enrichi

Nous voici de retour devant la scène de la Ferme-Asile, le show est travaillé, les musiciens sont à l’aise, leur plaisir de jouer est manifeste et se transmet sans peine au public. La chanteuse pose ses textes poétiques sur les mélodies menées par les deux guitares. La section rythmique voit alterner la basse de Rizu et la contrebasse de Samuel Pont, soutenus par le percussionniste Gaël Guélat.

En renfort pour une petite touche orientale, le flûtiste Justin Fournier complète la palette sonore de Capsul qui n’a pas essayé ici de faire de la world musique, mais bien d’enrichir son jazz manouche sans le dénaturer. A découvrir aux 5 Continents à Martigny le samedi 24 juin.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top